Header
Insitut Socrate
Accueil
Pour nous joindre
Communautés professionnelles

Pionnier dans ce domaine, Kaufman (1989; 1983; 1974) définit l’obsolescence comme étant la différence entre la connaissance ou la compétence d’un individu et la connaissance ou la compétence acquise des pairs pour maintenir effective la performance ou l’efficience à un travail présent ou futur. Williams et Fox (1995 dans Lamarche, 2006) voient l’obsolescence comme une résultante d’une mise à jour inadéquate des connaissances ou des compétences rendant l’individu incapable d’exercer un travail actuel ou à venir de façon performante. Ferdinand (1966, dans Pazy 1996) fait référence à différents types d’obsolescence. Un type en lien avec la connaissance se rapportant à la discipline, l’autre type; à la connaissance de la spécialisation et le dernier faisant référence aux demandes spécifiques du travail. Vachon (1992) définit le phénomène comme une dégradation de la compétence et de la performance de l’individu par rapport à ses pairs. L’absence ou la diminution d’interaction entre l’individu et l’environnement professionnel et scolaire se traduit par une relation à sens unique où l’individu est à la remorque de son environnement.

En résumé, les auteures et les auteurs s’accordent pour dire que le concept de l’obsolescence touche et est défini par les aspects suivants:

  • un manque de mise à jour des connaissances
  • une perte d’efficacité
Par ces deux éléments ressortis, le constat révèle un pauvre consensus entre les auteures et les auteurs. Pour le néophyte, il y a place à ambiguïté, car le lecteur qui consulte la documentation sur le sujet peut difficilement faire la différence entre une personne obsolète et une personne incompétente. Quelques recherches font mention qu’il existe un manque dans les définitions du terme telles que Shearer et Steger (1975) Lamarche (2006) et Vachon (1992). De plus, Shearer et Steger (1975) soulignent l’importance de deux facteurs problématiques touchant l’obsolescence. Ils soulignent que l’obsolescence touche la connaissance des méthodes et des techniques nouvelles dans le champ de spécialisation et l’application effective de cette connaissance nouvelle dans le milieu de travail. Alors, l’obsolescence ne doit pas faire référence seulement au fait de connaître mais, en plus d’acquérir une compétence dans les nouvelles applications.

Les auteures et les auteurs consultés sont en accord sur les causes de l’obsolescence. Elles viennent d’un mouvement surtout externe donc de l’environnement. Celui-ci change selon les nouveaux apports de la technologie, les nouveaux savoirs, les nouvelles méthodes de gestion et les structures organisationnelles renouvelées. Kaufman (1994) mesure l’obsolescence sous quatre facteurs. Ceux les plus importants sont, dans un premier temps, les changements dans l’environnement de travail, ensuite, le climat organisationnel et pour terminer, la nature du travail. Les caractéristiques individuelles viennent en quatrième facteur. Lamarche soulève: « De même, lorsque sont examinées les causes provoquant l’obsolescence, Bracker et Pearson (1986, dans McKeown, 1994), Fossum et al. (1986, dans Létourneau, 1995), et Kaufman (1994) énoncent qu’elles prennent leur source dans l’organisation. » (Lamarche, 2006, p. 68)