Header
Insitut Socrate
Accueil
Pour nous joindre
Communautés professionnelles

Le maintien des compétences est vu sous l'angle du paradigme de Limoges (2001). Voici des renseignements supplémentaires sur ce paradigme:

Ce paradigme veut répondre à un besoin de maintien professionnel chez la personne active. Ce faisant, Limoges (2001) cherche par celui-ci :

                    à rétablir l’équilibre qui permet de faire du projet professionnel une ancre vocationnelle porteuse de sens et de direction dans l’espace et dans le temps, dans l’exploitation maximale de cet espace, subordonné au temps, plus précisément, tant et aussi longtemps que la décision en cours a du sens (Doyon, Lamarche et Limoges, 2003, p. 380).
 
                       
Limoges (2001) considère que les enjeux du maintien professionnel se situent dans une interaction Individu-Environnement, en s’inspirant de l’approche interactionniste de Nuttin (1980). Il y voit un partage de causalité entre deux pôles qui sont l’obsolescence et l’épuisement. Ce paradigme fait état de seuils critiques reliés aux pôles, d’où l’émergence d’une opposition concernant certaines attitudes et comportements allant de la démotivation au surmenage, des retraits aux excès professionnels (Lamarche, 2006; Limoges et Doyon, 2006). La position pivot, celle associée au maintien professionnel, est le témoin d’une interaction réussie où la personne active fait usage de stratégies adaptatives, mises au goût du jour et saines pour la personne et pour son environnement. En ce sens, Limoges cite Cosnier (1998 dans Limoges, 2001) pour expliquer que « le maintien signifie un équilibre constant, dans son ensemble et à chaque instant renouvelé, entre ce que donnent et ce que reçoivent les parties en cause, soit l’individu et l’environnement » (p. 80).